Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Dignités de la Maison du Roi

Photo

http://www.edenparc.eu/files/users/3/8/4/0/1/1/8/livre_20d_20or.gif

"Quand on interroge le passé,

il répond présent"

(Sacha Guitry)

 


http://www.elosis.fr/mael/images/cour.jpg

   

 

 

http://www9.georgetown.edu/faculty/spielmag/images/L14jour_3.jpg

Offices de gouvernement

attribués par le roi de France

au moyen Âge et à l’époque moderne.
Dans l’ordre hiérarchique
fixé par une déclaration de Henri III de 1582
on trouve :
1° Grands officiers de la Couronne :
Sénéchal de France
grand officier du royaume de France au Moyen Âge
connetable
Connétable de France

Responsable des écuries royales, puis des armées
dignité supprimée en 1626 à la mort du dernier porteur de ce titre
le pouvoir important qu'il octroyait à son propriétaire pouvant faire ombrage au roi

Chancelier de France
responsable du scellage et de l'expédition des actes royaux
puis chef de la justice
le chancelier avait comme suppléant le garde des sceaux de France
qui assurait tous les devoirs du chancelier en cas de disgrâce de celui-ci
Garde des sceaux

Marechal-de-France.jpg






Maréchal de France
dignitaires militaires
chefs de facto de l’armée après la suppression de l’office de connétable
Amiral-de-France.jpg






Amiral

responsable des affaires maritimes
dignité supprimée en 1627 et recréée en 1669
Général des galères
Grand maître des arbalétriers
Grand-maitre-de-l-artillerie.jpg






Grand maître de l'artillerie
responsable de l’artillerie
des sièges et de l’approvisionnement en armes

 Les Grands Maîtres de l'Artillerie de France

cette charge a été érigée en grand office

de la couronne par Henri IV en 1601

et supprimée par Louis XV en 1755
Porte oriflamme
connetable.jpg






colonel-général de la cavalerie
colonel-général des Suisses
grand aumônier de France
grand-maître de France
grand officier de la couronne et
le chef de la Maison du roi.
grand-chambrier de France
grand-chambellan de France


Grand-ecuyer.jpg





grand écuyer de France
responsable de l'écurie royale
grand-échanson de France
grands officiers de la cour du roi de France
grands de la couronne
membre de la Maison du Roi.
Il était le chef de la grande paneterie
autrement dit la boulangerie royale.

Grand-veneur.jpg






Grand veneur de France

Les Grands Maîtres des cérémonies de France

Officier du roi dont la charge était autrefois
annexée à celle de grand-maître de la maison du roi
elle en fut séparée par Henri III, en 1585

Grand-chambellan.jpg






Grand chambellan de France
responsable de la chambre du roi

Les Grands Chambellans de France


Grand chambrier de France
Grand échanson de France


Grand-maitre-de-France.jpg






Grand maître de France
grand officier de la couronne
responsable de la maison du roi pour sa partie civile
Il avait la supervision sur toute la Maison du Roi
chef et surintendant général de la Maison du roi.

Liste des grands maîtres
2° Grands officiers de la Maison du Roi :
Grand-maître de la maison du Roi
grand-maréchal des logis
grand-prévôt de France et de la maison du Roi
capitaine des gardes du corps
capitaine-colonel des Cent-Suisses
capitaine-colonel des gardes de la porte


3° Ministres, secrétaires d'Etat :
Les descendants des ministres, comme ceux des grands-officiers de la couronne,étaient admis aux honneurs de la cour sans preuves de noblesse chevaleresque.

4° Membres du Conseil d'Etat et du Conseil privé

5° Gouverneurs et lieutenants généraux pour le Roi dans les provinces
(Il est à noter que les dignités qui précèdent donnaient la noblesse aupremier degré par suite d'anciens usages et non en vertu d'un texte de loiformel.)

6° Officiers généraux des armées : à partir de l'édit du 25 novembre 1750

7° Sergents d'armes : depuis l'édit de 1410 et principalement sous Charles VI

Maison du Roi

Responsables des principaux départements
de la maison du roi de France.

Tous les officiers de la maison du roi

sont sous la juridiction du grand maître de France

qui est le chef de la maison du roi.

Ces grands offices n'ont souvent qu'un rôle cérémoniel.

grand maître de France 

il s'agit d'un des grands offices de la couronne.

le premier maître d'hôtel du roi

qui assure la direction des sept offices de la table du roi.

Le service de la bouche du roi

le premier panetier de France

qui assure l'approvisionnement en pain de la table du roi

le premier échanson de France

qui assure l'approvisionnement en vin

le premier écuyer tranchant

qui coupe la viande du roi.

le grand chambellan de France

chef de la chambre du roi

il s'agit d'un des grands offices de la couronne.

les quatre premiers gentilhommes de la chambre

assurant par quartiers la direction de la chambre du roi.

les quatre Premier Valet de Chambre du Roi

assurant par quartiers l'organisation de la chambre du roi.

le grand maître de la garde-robe

qui dirige la garde-robe du roi. De 1672 à la révolution

le grand écuyer de France dirige le service des écuries

un des grands officiers de la couronne de France pendant l’ancien Régime

Il s'agit d'un des grands offices de la couronne.

le premier écuyer de France seconde le grand.

le grand veneur de France 

grand officier de la Maison du roi

dirige les chasses royales, surtout celles au cerf.

le grand fauconnier de France 

grand officier de la Maison du roi de France

dirige les chasses royales utilisant des oiseaux de proie.

le grand louvetier de France 

maison du roi de France

dirige les chasses au loup et au sanglier.

le grand maître des cérémonies 

officier de la Maison du roi

dirige l'ordonnancement des cérémonies de la cour.

le grand maréchal des logis a la gestion du logement du roi, de la cour et des troupes de la maison du roi

le grand prévôt de France 

Les Grands Prévôts de France

Le Grand prévôt de France assure la police de la cour du roi et

pour ce faire a juridiction sur les troupes de la maison militaire du roi.

Il fait partie des officiers de la Maison du roi.

officiers de la Maison du roi.

assure la police de la cour et pour ce faire a juridiction sur les troupes de la maison militaire du roi.

le grand aumônier de France assure la direction de la maison ecclésiastique ou chapelle.

le premier aumônier de France assiste le grand aumônier.

Aumôniers ordinaires du roi
Chapelain ordinaire du roi

Chapelle-musique du roi

Clercs ordinaires de la chapelle et oratoire du roi

Confesseurs du roi

Maître de l'oratoire du roi

Prédicateur ordinaire du roi

Premier aumônier de la maison du roi

Sacristain de la chapelle et oratoire du roi

Sommiers

Organisation de la Maison du Roi

Secrétaire d'État à la Maison du Roi (liste)

Grand Fauconnier de France (liste)

Us et coutumes à la cour de Versailles

Comptes de la Maison du Roi pour 1775.

La Maison du Roi sur www.heraldica.org (en anglais)

Note sur le département de la Maison du Roi

Dignités de la Maison du Roi








Chapelle Royale

Grand aumônier de France
Grand aumônier de France
officier de la monarchie française de l’ancien Régime
Il avait la charge de la maison ecclésiastique du roi (la Chapelle)
et la charge d'assurer le Service Divin de France dans la Chapelle du Roi.
Il avait rang d'Evêque et était de droit Commandeur des Ordres du Roi.
Sous son blason pendait un livre à la couverture d'azur,
chargée des armes de France et arborait par ailleurs une couronne ducale
 

premier aumônier de France le seconde
fonctions du premier en l'absence de celui-ci
De ces personnages dépendaient le confesseur du roi
ecclésiastique qui recevait la confession du souverain
le prédicateur du roi, qui prêchait en présence du souverain
et les aumôniers ordinaires qui assuraient le service régulier de la chapelle du roi.
MAÎTRE DE L'ORATOIRE
C'est le troisième officier ecclésiastique de la Maison du roi
il a les entrées de la chambre et le droit de committimus au grand sceau
il est réputé présent toute l'année aux bénéfices qu'il peut posséder, exigeant résidence

CONFESSEUR DU ROI

Aux grandes fêtes, et lorsque le roi fait ses dévotions,
le Confesseur se trouve à l'église auprès de Sa Majesté,
revêtu de surplis sur le manteau, avec le bonnet carré

Aumôniers ordinaires du roi
Il y a huit Aumôniers du roi
deux servent par quartier.
Ils avaient la qualité de conseillers du roi
celui qui est de service doit assister aux prières de Sa Majesté,
tant à son lever qu'à son coucher,
comme aussi aux offices de l'église

PRÉDICATEUR ORDINAIRE DU ROI
Chapelain ordinaire du roi
Chapelains du roi
Clercs ordinaires de la chapelle et oratoire
Sacristain de la chapelle et oratoire
Sommiers
Chapelle-musique du roi

Maison Militaire

Maison militaire

Dignités militaires
Sous l'Ancien Régime, l'ensemble des forces militaires était placées,
au delà des commandants d'unités,
sous l'autorités d'une série de hauts dignitaires.
Jusqu'à la disparition de la charge en 1627,
ceux-ci étaient eux-mêmes placés sous l'autorité du Connétable,
puis, à compter de cette date, sous celle directe du Roi.
Connétable de France
a la supervision sur l'ensemble de l'armée du Roi et sur les Maréchaux.
Il porte derrière son blason deux mains sortant d'une nuée et tenant chacune une épée haute.

Maréchal de France
Amiral de France
Vice-Amiral de France
Général des Galères de France
Colonel Général de l'Infanterie
Colonel Général de la Cavalerie
Colonel Général des Dragons
a la supervision sur l'ensemble des régiments de dragons
Colonel des Gardes-Françaises
Colonel Général des Suisses et des Grisons
a la supervision sur les Régiments de Gardes-Suisses de la Maison du Roi
Grand Maître des Arbalétriers
Grand Maître de l'Artillerie
Le Grand Maître de l'Artillerie a la supervision sur toute l'artillerie,
tant pour sa fabrication que son approvisionnement.
Il soutient son blason de deux canons addossés sur leur affut au naturel.
En 1755, la charge de Grand Maître de l'Artillerie est supprimée.

Dignités de la Maison du Roi
Sous l'Ancien Régime
la Maison civile du Roi était dirigée le Grand Maître de France.
Celui-ci avait sous ses ordres un certain nombre d'officiers
(au sens de titulaire d'un office)
souvent de très haute noblesse,
intervenant chacun dans un domaine bien précis.
Grand Maître de France
a la supervision sur toute la Maison du Roi
Grand Chambellan de France
Grand Ecuyer de France
a la supervision et l'administration de l'ensemble de l'Ecurie du Roi.
Placé sous les ordres du Connétable,
il sera directement rattaché au Roi après la disparition de celui-ci.
Au départ office subalterne,
ce n'est qu'à partir du XVème siècle qu'il commence à gagner un réel prestige.
C'est environ à cette même époque que le nom "Grand Ecuyer"
vient remplacer celui de "Maître de l'Ecurie"

Grand Tranchant de France
Grand Bouteiller de France
Grand Panetier de France
Grand Veneur de France
Grand Fauconnier de France
a la supervision sur toute la Fauconnerie du Roi,
depuis l'élevage des oiseaux à l'organisation des chasses

Grand Louvetier de France
Grand Prévôt de France
Grand Maréchal des Logis de France
Grand Aumonier de France
a pour charge d'assurer le Service Divin de France dans la Chapelle du Roi.
Il avait rang d'Evêque et était de droit Commandeur des Ordres du Roi.

Grand Maître des Cérémonies de France
Capitaine des Gardes du Corps
Capitaine Colonel des Cent-Suisses
Capitaine Colonel des Gardes de la Porte
Les colonels généraux sont parfois désignés
« grands officiers de la couronne »
office ou un grade militaire de plusieurs armées
Unités rattachées
Gardes-Françaises
Gardes-Suisses
Gendarmes de France
Gendarmes écossais
Gendarmes anglais
Gendarmes bourguignons
Gendarmes de Flandre
Gendarmes de la Reine
Gendarmes du Dauphin
Gendarmes de Berry
Gendarmes de Provence
Gendarmes d'Artois
Gendarmes d'Orléans
Chevau-Légers de France
Chevau-Légers écossais
Chevau-Légers anglais
Chevau-Légers bourguignons
Chevau-Légers de Flandre
Chevau-Légers de la Reine
Chevau-Légers du Dauphin
Chevau-Légers de Berry
Chevau-Légers de Provence
Chevau-Légers d'Artois
Chevau-Légers d'Orléans
16 novembre 2017 4 16 /11 /novembre /2017 00:00


 Louis XIV prend la décision que toute l'Europe attend.

Il entérine le testament du roi d'Espagne Charles II de Habsbourg, mort le 1er novembre sans héritier.

La nouvelle parvient le 9 novembre suivant à Versailles.

La monarchie française plus puissante que jamais

Rois d'Espagne

 

Le 16 novembre 1700, Louis XIV annonce à la cour qu'il accepte le testament de son cousin, beau-frère et neveu Charles II

 

Philippe V
31ème roi d'Espagne

 

 

Philippe V d'Espagne

Drames, mystères, tours de force et destinées inouïes : Franck Ferrand nous plonge chaque jour au cœur de l’histoire, grande et petite.

 

Son invité :
Suzanne Varga, agrégée, docteur d'Etat et professeur des universités.
http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/Au-coeur-de-l-histoire/Sons/Philippe-V-d-Espagne-861297/

Cette journée est restée célèbre: le roi de France présenta ainsi son petit-fils, âgé de dix-sept ans, qui ne parle pas un mot d'espagnol : « Messieurs, voici le roi d'Espagne ! »

 

Puis il déclare à son petit-fils : « Soyez bon Espagnol, c'est présentement votre premier devoir ; mais souvenez-vous que vous êtes né Français pour entretenir l'union entre nos deux nations ; c'est le moyen de les rendre heureuses et de conserver la paix de l'Europe »

 

http://www.justadventure.com/Walkthroughs/Versailles2/Versailles2%20Walkthrough_files/dosRios.jpgLe marquis de Castel dos Rios, ambassadeur d'Espagne, se serait exclamé: « Il n'y a plus de Pyrénées ! »

( ce dernier mot est controversé)

 

Toutes les monarchies européennes, sauf l'Empire, reconnaissent le nouveau roi.

Le défunt roi, par son testament du 2 octobre, avait désigné le petit-fils du roi de France, le duc Philippe d'Anjou (17 ans) pour lui succéder, bien que le jeune Bourbon fût issu d'une dynastie hostile depuis deux siècles aux Habsbourg.


Mais son choix, tout à l'honneur de la France, avait irrité l'empereur d'Allemagne, Léopold 1er de Habsbourg, qui aurait préféré que la couronne échût à son second fils, l'archiduc Charles.

 

Les droits de l'Autrichien étaient de même nature que ceux du roi de France.

 

Léopold 1er et Louis XIV étaient tous deux beaux-frères de Charles II et petits-fils de Philippe III d'Espagne.

 

Louis XIV, âgé de 62 ans, craint à juste titre que l'accession de son petit-fils sur le trône d'Espagne ne bouleverse l'équilibre européen et ne ligue les autres pays contre la France.


Il cherche des garanties tandis que l'ambassadeur d'Espagne, Castel dos Rios, fait antichambre trois jours durant pour connaître sa décision.

 

Enfin, le 16 novembre, à son lever, le Roi-Soleil s'adresse aux courtisans et aux diplomates, rassemblés dans la Grande Galerie du château de Versailles :  

«Messieurs, voici le roi d'Espagne ! La naissance l'appelait à cette couronne, le feu roi aussi par son testament ; toute la nation l'a souhaité et me l'a demandé instamment, ce que je leur ai accordé avec plaisir, c'était l'ordre du Ciel»

 

Puis, se tournant vers son petit-fils, le duc d'Anjou :

«Soyez bon Espagnol, c'est présentement votre premier devoir ; mais souvenez-vous que vous êtes né Français, pour entretenir l'union entre les deux nations ; c'est le moyen de les rendre heureuses et de conserver la paix en Europe»


S'ensuit un petit dialogue entre le roi et l'ambassadeur espagnol Castel dos Rios sur la date du départ du nouveau souverain Philippe V, prévu le 1er décembre et effectif le 4, et sur la météo pyrénéenne.

 

Le Mercure Galant, dans sa relation de l'épisode, attribue à Rios la fameuse phrase:

«Quelle joie Sire ! Il n'y a plus de Pyrénées !»


Il n'est pas certain que Rios ait jamais prononcé cette phrase.


Elle sera plus tard attribuée quelquefois à Louis XIV lui-même.

 

À l'exception de l'archiduc d'Autriche, Léopold 1er, tous les souverains reconnaissent le nouveau roi d'Espagne, Philippe V.


Celui-ci est bien accueilli par ses sujets... et ne sera surpassé en popularité que par son lointain descendant, l'actuel roi d'Espagne Juan Carlos Ier !

 

Les Pyrénées ressurgissent !

Les désillusions vont très bientôt arriver et déboucher sur la dernière et plus dramatique guerre du Roi-Soleil : la guerre de Succession d'Espagne, due aux maladresses de Louis XIV et au ressentiment des grandes puissances à l'égard de la France et de sa nouvelle alliée, l'Espagne.

 

Après l'établissement de la paix d'Utrecht et la mort de Louis XIV, un premier ministre espagnol, le cardinal Giulio Alberoni, va remettre sur la table les droits de Philippe V à la couronne de France.


Il en résultera la conspiration de Cellamare (1718)... et l'éviction d'Alberoni.

Les branches espagnole et française des Bourbons vivront désormais leur vie chacune de leur côté.

Repost 0
Published by YANN SINCLAIR - dans Calendrier
commenter cet article
15 novembre 2017 3 15 /11 /novembre /2017 00:00

Vendredi 15, à Vincennes.

— Il y a eu une grande consultation des médecins pour juger quand on pourroit mener le roi à Paris, sans danger du mauvais air. Tous les médecins ont été de même opinion là-dessus, et qu'on ne le devoit mener à Paris qu'après qu'il auroit gelé; ils disent tous qu'il y a beaucoup de petite vérole à Paris et fort dangereuse.

—Les dernières nouvelles de Londres, venues par un courrier, parlent d'une nouvelle conspiration qu'il y a eu contre le roi Georges, et qu'on a faitmourir un major d'un régiment irlandois, accusé d'en être le chef. Il parolt que les affaires de ce pays-là sont plus brouillées que jamais et qu'en Écosse l'armée du comte de Marr grossit tous les jours. On ne sait point encore si le roi Jacques est débarqué; on ne sait pas même si le duc d'Ormond,qui est parti longtemps avant lui, est arrivé.

— On parle fort d'une réforme qu'on va faire dans les troupes; il y a différents avis sur la manière de la faire, et il n'y arien encore de déclaré là-dessus.

Repost 0
Published by Louis XIV au jour le jour
commenter cet article
15 novembre 2017 3 15 /11 /novembre /2017 00:00
15 novembre 1666

15 novembre 1666

Repost 0
Published by Louis XIV au jour le jour - dans Carcassonne
commenter cet article
15 novembre 2017 3 15 /11 /novembre /2017 00:00
15 novembre 1713: Guillaume Jacques de Prez

Guillaume Jacques de Prez

seigneur d'Andrivon

Chevalier de Saint-Louis

 

 
  • Chevau-léger de la garde du roi
  • capitaine de cavalerie

 

Parents

 

Louis XIV le Grand de Bourbon, roi de France est un grand-père de Guillaume Jacques de Prez, seigneur d'Andrivon.

 

Repost 0
Published by Louis XIV au jour le jour
commenter cet article
15 novembre 2017 3 15 /11 /novembre /2017 00:00

Lundi 15, à Versailles. 

 

Sainte-Maure est arrivé sur les dix heures du matin, comme le roientroit dans son cabinet, en sortant de son prie-Dieu; il a apporté la capitulation de la ville et citadelle de Manheim; les troupes du roi y entrèrent vendredi pour se rendre maîtresses des postes, et la garnison en devoit sortir le lendemain. Il croit qu'elle est bien de mille bons hommes. Nous n'avions pas encore songé à attaquer la contrescarpe; ainsiils auroient fort bien pu se défendre encore quelques jours; mais le gouverneur dit que ses soldats l'ont obligé, le poignard sur la gorge, de se rendre. Monseigneur devoit dimanche arriver devant Frankenthal, qui ne se défendrait pas longtemps.

— Le roi, au sortir de la messe, est allé dîner à Marly; il avoit dans son carrosse mademoiselle de Blois, mesdames de Maintenon, d'Urfé et de Dangeau.

— M. de Mailly le père, et madame de Mailly, sa belle-fille, sont allés aujourd'hui prendre madame de Nesle chez elle, et l'ont menée loger à l'hôtel de Mailly. Ce seroit une grande consolation au marquis de Nesle s'il pouvoit apprendre cette nouvelle avant que de mourir; il ne souhaitoit rien tant au monde que de voir sa femme raccommodée avec son père. Madame de Maintenon a fort travaillé à cette réunion-là; et le jeune Mailly et sa femme y ont fait tout le mieux qu'il se pouvoit faire, quoique cette réconciliation parut être contre leurs intérêts

Repost 0
Published by Louis XIV au jour le jour - dans Journal du marquis de Dangeau
commenter cet article
15 novembre 2017 3 15 /11 /novembre /2017 00:00

Mercredi 15

 

à Versailles

 

Le roi partit de Fontainebleau pour venir à Versailles il dîna en chemin à Essone, mais ce ne fut pas dans son carrosse comme dans les autres voyages il dîna dans une chambre avec les dames qui suivoient la cour; on arriva à la nuit quoique l'on fût venu avec des relais. M. d'Arcy, qui étoit envoyé du roi à Hanover, fut nommé ambassadeur de Turin.

Repost 0
Published by Louis XIV au jour le jour - dans Journal du marquis de Dangeau
commenter cet article
15 novembre 2017 3 15 /11 /novembre /2017 00:00

Vendredi 15 novembre 1686

 

Le Roi doit  quitter Fontainebleau ce jour-là pour retourner à Versailles

 

Il avait dans son carrosse Madame la princesse de Conti, Maindame de Maintenon et Madame de Bury (Anne Marie d'Urre d'Aiguebonne)

 

Le Roi vint dîner à Plessis et arriva sur les 4 heures à Versailles

 

 

 

La petite histoire "derrière" l'une des plus célèbres fistules anales de l'Histoire et derrière l'un des hymnes nationaux les plus connus

 

 

LE SAVIEZ-VOUS?

 

Fistule Anale pour Hymne Royal : « God Save the Queen » est (peut-être) Français !

pochette du disque des sex pistols pour illustrer l'article par ci-par là dédié à l'hymne royal britannique god save the queen

« God Save The Queen », même si vous n’êtes pas british, vous connaissez.
Mais savez -vous que cet hymne pourrait prendre origine en France dans des circonstances pour le moins… anecdotiques !

En 1686, Louis XIV souffre depuis quelques temps déjà d’une fistule anale qui refuse de se résorber, notamment à cause des grandes quantités de laxatif que prend le Roi (c’est que ça doit pas être facile de faire popo naturellement avec ce genre de bobo).

ecarteur utilisé pour soigner la fistule anale de Louis 14, pour illustrer l'article parciparla.fr sur god save the queen

Bref, pas le choix : il va falloir opérer le royal nunusse.

Le traitemment du roi est long et difficile, et Charles-François Felix, le chirurgien royal, doit ré-intervenir plusieurs fois mais en janvier 1687, Louis XIV montre des signes d’amélioration et peut reprendre quelques activités officielles.

Toute à sa joie de voir son époux sur la voie de la guérison, Mme De Maintenon décida alors d’organiser une fête en sa maison pour jeunes filles de Saint Cyr.

A cette occasion Mme de Brinon, religieuse supérieure et co-fondatrice de l’établissement, entonna « Dieu sauve le roi », un petit motet de sa composition mis en musique par le surintendant de la musique Jean-Baptiste Lully.

« Grand Dieu sauve le roi / Longs jours à notre roi / Vive le roi / À lui la victoire / Bonheur et Gloire… »

Le cantique est simple mais il plaît à la cour comme au peuple et rapidement il n’est plus possible de faire un pas dans Paris sans l’entendre chantonné.

En 1714, le compositeur George Haendel, alors installé en Angleterre, se rend à Paris où il entend l’hymne.

Il se raconte que, séduit à son tour, il en aurait griffonné la musique pour s’en souvenir.
De retour en Angleterre, il aurait demandé au pasteur Carrey (ou au poète Henry Carey ?) de traduire les paroles.

Haendel aurait alors signé ce « God save our gracious King » de son nom puis l’aurait offert au Roi George 1er.

Le petit motet de Mme de Brinon étant manifestement un tube auquel personne ne résistait, il devint l’hymne royal d’Angleterre. (ce qui était un peu le top charts de l’époque)

Le 20 Juin 1837, la monarchie anglaise devient féminine avec l’accession au trône de la Reine Victoria ; l’hymne aurait alors tout simplement suivi la tendance pour devenir « God Save The Queen » .


NB : cette anecdote est citée dans « Souvenirs de Madame de Créquy » mais – et on le comprend – les anglais réfutent cette version, mettant cette histoire sur le compte de la mémoire « troublée » de la dame 😉 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Louis XIV au jour le jour - dans Calendrier
commenter cet article
15 novembre 2017 3 15 /11 /novembre /2017 00:00

 

La bataille de Spire

ou de Heiligenstein a eu lieu le 15 novembre 1703 juste au sud-ouest de la place-forte de Spire, au cours de la Guerre de Succession d'Espagne (1701−1714)

 

Alors que l'armée française commandée par le duc de Tallard tentait depuis le 13 octobre de reprendre la Forteresse de Landau aux Impériaux, elle fut attaquée sur ses arrières par une armée de secours austro-hollandaise, qu'elle mit en déroute.

 

À la suite de ce combat, la garnison autrichienne de Landau se rendit aux Français.

Bataille de Spire
Speyerbach.jpg
C'est sur les rives du ruisseau de Speyerbach que le 15 novembre 1703, l'armée de secours autrichienne fut défaite par le général de Tallard.
Informations générales
Date 15 novembre 1703
Lieu à l'ouest de Spire, en Rhénanie
Issue victoire tactique des français
Belligérants
Royaume de France Royaume de France Impériaux:
Flag of Hesse.svg Hesse-Cassel
COA Churpfalz.svg Palatinat du Rhin
Commandants
Royal Standard of the Kingdom of France.svg duc de Tallard Drapeau des Pays-Bas Frédéric de Hesse-Cassel
Banner of the Holy Roman Emperor (after 1400).svg Jean–Ernest de Nassau-Weilburg
Forces en présence
18 000 hommes 16 000 Hollandais sous les,
5 à 6000 hommes de l'armée impériale
Pertes
4 000 blessés ou tués Hesse-Cassel:
2 500 blessés ou tués
Nassau-Weilburg:
4000 blessés ou tués, 2000 prisonniers,1
23 canons
guerre de succession d'Espagne
Batailles
Carpi - Chiari - Crémone - Luzzara - Santa Marta - Cadix - Cévennes - Friedlingen - Vigo (navale) - Kehl - Cap de la Roque - Ekeren - Spire - Schellenberg (Donauworth) - Höchstädt - Gibraltar - Höchstädt - Málaga - Marbella - Montjuïc - Barcelone - Eliksem - Cassano - Nice - Calcinato - Barcelone - Ramillies - Turin - Castiglione - Santa Cruz de Ténérife - Almansa - Xàtiva - Lérida - Gaeta - Toulon - Cap Lizard - Audenarde - Wijnendale - Lille - Malplaquet - Minorque - Gudiña - Douai - Almenar - Saragosse - Syracuse - Brihuega - Villaviciosa - Bouchain - Denain - Douai - Barcelone
Cette boîte : voir • disc. • mod.

Contexte

Partis le 13 octobre, les Français encerclèrent par surprise la place de Landau le 17 du même mois ; le 28, les Alliés mirent sur pied une armée de secours germano-hollandaise commandée par Jean Ernest de Nassau-Weilburg et Frédéric de Hesse-Cassel, qui rallia Spire le 13 novembre et installa ses campements au sud-ouest de la ville (et précisément au sud du ruisseau de Speyerbach), en attente de nouveaux renforts. Elle devait reprendre sa marche vers Landau le lendemain.

 

Le général de Tallard n'attendit pas que l'ennemi passe à l'attaque : il ordonna au marquis Armand de Pracontal de le rejoindre depuis Sarrebrück par Essingen.

 

Les Alliés n'imaginaient pas une contre-attaque des assiégeants et ils avaient négligé de fortifier leurs campements. En outre, l'Etat-major autrichien s'était joint à une fête donnée précisément le 15 novembre dans la région à l'occasion de l'anniversaire de l'empereur.

Déroulement

Les Français se regroupèrent vers 7 heures du matin autour du village d'Essingen et marchèrent sur Spire, où ils surprirent le campement ennemi vers midi. En l'absence de leurs généraux, les Impériaux firent face dans le désordre et le général Vehlen ne parvint pas à parer tous les assauts. Tallard fit attaquer par la rive gauche 14 bataillons, et parvint à ouvrir les lignes ennemies. Entretemps, le comte Jean-Ernest de Nassau-Weilburg parvint à lancer sa cavalerie et anéantit les escadrons ennemis : Pracontal trouva la mort dans cet engagement. Plutôt que de se regrouper avec la troupe, le comte de Nassau préféra poursuivre les Français, mais il se trouva bientôt engagé sur un terrain boueux défavorable aux chevaux.

Vers 14 heures, l'armée française regroupée attaqua en masse. Les Alliés parvinrent à contenir les colonnes au centre, mais les Français prirent le meilleur à l'aile droite et bientôt ils mirent en déroute la cavalerie de Vehlen. Puis l'infanterie française entra au contact de la cavalerie de l'Électeur palatin, qui finit par se replier à son tour. Alors les Français resserrèrent le centre ennemi jusqu'à la mêlée. Les derniers bataillons hessois évacuèrent entièrement la rive sud du ruisseau de Speyerbach vers 17 heures.

Conséquences

Avec cette bataille, le général de Tallard remporta l'une des plus grandes victoires françaises de cette guerre. La forteresse de Landau capitula le soir même. Le souvenir de ce fait d'armes fut pourtant éclipsé par le désastre de Höchstädt, exactement neuf mois plus tard2.

Tallard renonça à harasser l'ennemi. Les Français laissaient sur le champ de bataille 4 000 morts et blessés, et l’armée de secours autrichienne déplorait sensiblement les mêmes pertes, mais aux morts et blessés, il fallait ajouter 2 000 prisonniers, dont 149 officiers. Parmi les tués, on comptait le prince Philippe de Hesse-Hombourg, comte de Nassau-Weilburg (et fils du commandant autrichien). La route de Spire était désormais barrée au Régiment de la Garde de l'Électeur Palatin, si bien que deux de ses bataillons furent faits prisonniers. Le camp des Alliés livrait aux Français 23 canons, 50 drapeaux et étendards, des munitions et du ravitaillement pour plusieurs semaines.

Bibliographie

 

Repost 0
Published by Louis XIV au jour le jour - dans Calendrier
commenter cet article
15 novembre 2017 3 15 /11 /novembre /2017 00:00

Premier étage - Aile centrale 

Les grands appartements

9 Galerie des glaces

Primitivement, il n'y avait ici qu'une terrasse, que Louis XIV avait fait ménager au-dessus d'un corps de bâtiment de Le Vau qui était venu agrandir le rez-de-chaussée du petit château Louis XII.
 
Puis en 1678, le Roi décida de relier les appartements du Midi et du Nord par une galerie.

Les équipes, fort nombreuses, des décorateurs, furent dirigées par Le Brun et travaillèrent de 1679 à 1686.

La galerie des Glaces, dont le nom d'origine était la Grande Galerie, tire son appellation des 357 miroirs qui garnissent ses 17 arcades. Longue de 73 mètres et large de 10 mètres et demi sur une hauteur de 13 mètres, la galerie est éclairée sur les jardins et le parc, dont les perspectives se perdent à l'horizon, par dix-sept hautes fenêtres cintrées.
 
Elles se reflètent en face dans les miroirs biseautés des 17 arcades feintes.
 
Les cintres des fenêtres et des arcades sont ornés de soleils rhodiens, emblème de Louis XIV, qui alternent avec des dépouilles de lion de Némée, que le Roi Louis XVI, pourtant peu vindicatif, devait prendre pour emblème.

Entre les fenêtres et les arcades sont répartis 24 pilastres de marbre rouge Rance, surmontés de chapiteaux de bronze doré ornés d'une fleur de lys surmontée du soleil royal et encadré de deux coqs gaulois sur un fond de palmes.
 
Ils ont été fondus par Caffiéri sur des dessins de Le Brun qui, à la demande de Colbert, avait inventé un « ordre français »

La Galerie des Glaces est d'une réelle nouveauté au 17e siècle : pour la première fois il permet de se voir tout entier.
 
Il représente également un luxe immense en ce temps où le plus petit miroir coûte très cher.
 
Ce décor est destiné à éblouir les visiteurs, notamment les ambassades qui viennent à Versailles, et il s'accorde avec le thème de la magnificence et de la puissance du Roi, illustré à la voûte de la galerie par le peintre Le Brun.

Ces miroirs reflètent la politique économique de Colbert qui, en créant la manufacture des glaces, brise le monopole de leur fabrication jusqu'alors détenu par la république de Venise.
 
Vers le milieu de la galerie, dans l'enfilade des fenêtres et des arcades, quatre niches de marbre surmontées de trophées sont ménagées dans les murs.
 
Louis XIV avait fait placé les plus belles statues antiques de sa collection.
 
Elles avaient depuis été transportées au Louvre, mais elles ont retrouvé leur place en 1953.
 
Il s'agit du Dionysos dit « Bacchus de Versailles », « Uranie couronnée d'étoiles », une « femme drapée dans une pose de la pudicité » et une réplique de la Vénus d'Arles.
 
Sur les panneaux de marbre des murs, notamment de part et d'autre des baies qui donnent sur les Salons de la Paix et de la Guerre sont plaqués des trophées et chutes d'armes en bronze doré, œuvres de Coysevox, Tuby, Le Gros et Massou.

Le mobilier de la Grande Galerie est d'abord d'argent massif : il se compose de tables, de banquettes, de vases et de lustres, livrés en 1687 et fondus dès 1689 pour financer les dépenses de la Guerre de la Ligue d'Augsbourg.
 
Lui succède un mobilier de bois doré, composé de 16 guéridons, 6 tables, 40 tabourets et une soixantaine de vases de porphyre ou d'albâtre

La Grande Galerie servait :
  d'ordinaire de salle des pas perdus.
 
On n'y donne pas de bals, car l'acoustique y est très mauvaise : on lui préfère le salon de Mars puis le Salon d'Hercule.

au jeu de la famille royale lors des grandes fêtes, notamment celles du mariage du Dauphin fils de Louis XV en 1745 ou de tribune somptueuse pour la famille royale, qui assiste de ses balcons au feu d'artifice tiré dans le parc à l'occasion du mariage de 1770.

-de manière exceptionnelle de salle du Trône, en particulier pour la réception du Doge de Gênes en 1685, des ambassadeurs de Siam en 1715 ou du Sultan en 1742.
 
Les courtisans se pressent alors sur quatre rangs côté fenêtres et les dames sur quatre étages de gradins en grand habit côté miroirs.

 

 

1678-1686 

la galerie des Glaces

Entre 1678 et 1684, la galerie des Glaces, symbole de la puissance du monarque absolu fut élevée sur l’ancienne terrasse du château neuf.

 

La maçonnerie sera terminée en 1684.

 

La décoration fut confiée à l’équipe de Charles Le Brun.

 

Depuis longtemps le roi rêvait de construire à Versailles une de ces grandes galeries alors très à la mode.

 

Louis XIV avait sans doute apprécié les longues galeries des Tuileries, du Louvre et de Fontainebleau : lieux de passage et moyens de communication entre les appartements, elles se prêtaient par leurs surfaces aux grandes décorations.

 

Le Roi avait fait installer la galerie d’Apollon au Louvre, et dans le palais qu’il avait élevé à Clagny, pour Madame de Montespan, la galerie de Mansart avait ébloui tous les visiteurs.

À Versailles, en fermant la terrasse de Le Vau par une longue façade dont les lignes architecturales reprennent celles du château neuf, Mansart construira la galerie des Glaces.


La grande galerie, limitée au nord par le salon de La Guerre et au sud par le salon de la Paix, s’étend sur 73 m de longueur; elle occupe toute la façade ouest du Château neuf et elle servira de passage entre les appartements du Roi et ceux de la Reine.

 

La création de la galerie des Glaces va avoir une grande conséquence : l’appartement du roi est déporté dans le château vieux ; l’appartement du Soleil deviendra le « Grand Appartement » et sera utilisé pour les réceptions.


Bassin d’Apollon, jardins du château de Versailles

     

17 portes-fenêtres sur jardin se reflètent dans les 17 panneaux composés de 357 miroirs, les plus grands que l'on sût confectionner à l'époque....

       Versailles est, alors, un véritable laboratoire de ce qui se fait de mieux dans le domaine des Arts appliqués.

 

Les techniques les plus innovantes y sont testées, et l'édification du Palais marque le triomphe simultané des Arts, de l'Industrie, de la Technique, domaines dans lesquels la France innove, progresse et gagne, comme on dit aujourd'hui.

 

        Ou: quand une authentique politique de civilisation rejoint l'économie, la plus saine et la plus bénéfique....

 

           L'Art est, en effet, inséparable du développement économique de la France, voulu par Louis XIV et Colbert.

 

           Un seul exemple: l'industrie française du verre est née, en 1693, lorsque Louis Lucas de Nehou fusionne les deux manufactures royales crées par Colbert pour Versailles et sa Grande Galerie (dite précisément "des Glaces"...) et lorsqu'il rachète.....le domaine de Saint Gobain !

   
           Une première société avait été créée en 1665, dans le cadre du plan de relance économique de la France voulu par Louis XIV et Colbert.

 

Confiée à des entrepreneurs privés, la société a rompu dès l'origine avec la tradition artisanale des manufactures en organisant la production de la glace selon une logique industrielle.

 

           Grâce à une invention technologique décisive, le coulage du verre en table (1688), elle s'empare d'un quasi-monopole en Europe au XVIIIème siècle et prend le relais de Venise.

 

versailles-galerie-des-glaces.jpg

 

 

           "Nos rois ont toujours été modernes et innovants. Comment auraient-ils fait la France s'ils ne l'avaient pas été ? Qu'on se pose la question: la France serait-elle devenue la France si ses rois n'avaient pas favorisé le progrès dans les arts, dans les sciences, dans l'agriculture ou dans l'industrie ?.....

 

            Dans le domaine des arts, aucun roi n'aurait eu l'idée de s'installer dans les meubles de son prédécésseur. Chacun a imprimé son style à son époque et, ce faisant, tous ont favorisé la commande publique. Les monuments qu'ils nous ont légués font encore aujourd'hui la fortune des collectivités locales et de l'Etat, qu'il s'agisse de Versailles, des châteaux de la Loire ou de la Sainte-Chapelle, à Paris -sans oublier tous les "palais" où sont installés les ministères, le Parlement et bon nombre d'institutions françaises...

 

            Les Capétiens ont établi les conditions du développement de notre économie. Ils ont créé le cadre propice au rayonnement culturel de la France..." 

 

                                      (Jean d'Orléans, duc de Vendôme, Un Prince français, Pygmalion, page 241)

 

 

           On en saura plus sur la naissance de cette industrie française du verre en cliquant sur le lien suivant :

 

           http://www.jetons-monnaie.net/p/stgobain.html

 

 

           Mais la Galerie des glaces renferme aussi un autre chef d'oeuvre que ses miroirs : le plafond de la Galerie, oeuvre magistrale de Le Brun :

           http://www.galeriedesglaces-versailles.fr/html/11/collect... 

VERSAILLES GALERIE P¨LAFOND.JPG
VERSAILLES PLAFOND.jpg

 

Quelques chiffres :

 - Surface de la galerie  : 800 mètres carrés

- Longueur                     : 73 mètres.

 - Largeur                       : 13 mètres.

 - Hauteur                       : 12,5 mètres.

 - Marbres                      : 1.1000 m2

 - Peintures                    : 1.000 m2

- Parquets                       : 700 m2                

 - Glaces                         : 357

 - Portes-Fenêtres         : 17

782 vitres à raison de 46/fenêtre
17 arcades de glaces de 21 miroirs chacune (357 miroirs au total)
20 lustres
24 torchères
8 statues antiques
8 bustes antiques

 

VERSEILLES GALERIE DES GLACES 1.jpg
   
Construite à l'emplacement des deux derniers cabinets du Grand appartement du Roi, d'une terrasse et des deux derniers cabinets du Grand Appartement de la Reine, la galerie de Glaces sera construite en 1678 par Jules-Hardouin Mansart.

 
 
 
Le cabinet de Saturne, ou petite chambre, correspondait aux deux premières fenêtres, le cabinet de Vénus aux deux suivantes. Les murs seront recouverts de marbre en 1679, les sculptures mises en place en 1680 et Charles le Brun peindra la voûte de 1681 à 1684. 

Les dix-sept fenêtres cintrées donnent naissance à autant d'arcades ornées de miroirs et séparées par des baquettes de cuivre et surmontées alternativement par une tête d'Apollon et de la dépouille du lion de Némée. Les chapiteaux des pilastres de marbre de Rance sur fond de marbre blanc sont ornés d'une fleur de lys et de coqs gaulois. Les trophées en bronze doré, qui ornent les trumeaux en marbre vert de Campan, ont été ciselés par l'orfèvre Ladoireau. Les huit bustes d'empereurs romains, en marbre et porphyre, accompagnaient huit statues, dont sept antiques, représentants Bacchus, Vénus, la Pudicité, Hermès, la Vénus de Troas, Uranie et Némésis. La dernière, une Diane sculptée par Frémin pour les jardins de Marly, occupait l'emplacement de la célèbre Diane de Versailles aujourd'hui exposée au Louvre. 
 
Le Brun peindra à la voûte, ornée d'allégories, de trompe-l'oeil et de perspectives feintes, des épisodes glorieux de la Guerre de Hollande (1672-1678), des médaillons peints ou feints de bronze sur fond d'or rappelant les victoires de la Guerre de Dévolution (1667-1668), ainsi que des représentations des grandes réformes entreprises au début du règne de Louis XIV. Cette gigantesque composition retrace les vingt premières années du règne du Roi-Soleil, qui gouvernera soixante-douze ans. 

Le premier mobilier de la galerie sera envoyé à la fonte en 1689, afin de rembourser les dettes considérables de l'Etat, et remplacé par un mobilier de bois doré qui laissera à son tour la place à de nouveaux meubles en 1769. Ces derniers, dont il subsiste quelques éléments dans le salon d'Apollon, seront dispersés à la Révolution. Le mobilier actuel comprend des grands vases de porphyre et d'onyx, quatre tables supportant des vases de porphyre, ainsi que la réplique fidèle des vingt-quatre guéridons de 1769. 
 

Salle des pas perdus, la galerie de Glaces servait de cadre aux audiences extraordinaires du Roi qui faisait déplacer pour la circonstance son trône d'argent de la salle où il accordait ses audiences ordinaires. La foule pouvait assister, chaque matin, au cortège du Roi qui se rendait à la messe. La grande Galerie servait naturellement de cadre aux grandes fêtes de la Cour, aux bals parés ou maqués des mariages princiers. 
 

La galerie des Glaces sera le théâtre de plusieurs évènements qui marqueront les XIXème et XXème siècles. Le pape Pie VII, venu à Paris sacré l'Empereur, apparaîtra au balcon central pour bénir la foule amassée sur la terrasse. Le roi de Prusse Guillaume Ier y acceptera la couronne impériale le 18 janvier 1871. Le traité de Paix qui mettra un terme définitif à la première Guerre mondiale, le fameux traité de Versailles, sera signé ici le 28 juin 1819.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Repost 0
Published by Louis XIV au jour le jour - dans Versailles: 1er Etage - Aile Centrale
commenter cet article
15 novembre 2017 3 15 /11 /novembre /2017 00:00

Guillaume Ier de Bourbon

seigneur de Bessay en Bourbonnais
(Guillaume de Bourbon)

Parents

Épitaphe de Guillaume de Bourbon, en l'église de Bessay :

 

Autour de la dalle


ICY GIST GUILLAUME DE BOURBON SEIGNEUR DE BESSAY QUI DECEDA L AN DE GRACE MIL DEUX CENS QUATRE VINC ET HUIT LE QUINSE NOVEMBRE AU...

 

 

Sur l'arcature


ORATE PRO ANIMA EJUS REQUIESCAT IN PACE

Cette dalle funéraire a aujourd'hui disparu, mais elle est connue par un dessin de Clairambault (BNF, ms. Clairambault 640, fol. 250). (P. Fauchère, d'après Robert Favreau, Jean Michaud, Bernadette Mora, Corpus des inscriptions de la France médiévale, vol. 18, Paris, 1995, p. 6, qui précisent : "Le défunt était représenté en effigie, sous une arcature, revêtu d'une ample tunique, ceint de l'épée, un animal à ses pieds. Deux blasons à ses armes l'encadraient à hauteur des épaules. A la partie supérieure, dans les écoinçons, étaient figurés deux anges thuriféraires.")

 

Repost 0
Published by Louis XIV au jour le jour - dans BOURBON (Descendance)
commenter cet article
">

Bonjour & Bienvenue

http://imageshack.us/
http://imageshack.us/

Vous êtes actuellement

Sujet(s) de Sa Majesté

 

Il y a 374 ans au jour le jour
Compteur

Versailles 3d

Secret d'histoire

Louis XIV, les passions du roi Soleil

Si Versailles m'était conté
écrit et réalisé par Sacha Guitry
  sorti sur les écrans en 1954
 
Visitez Versailles
 
Avez-vous déjà visité le château de Versailles
et remarqué ces petits détails qui accentuent la beauté des décors?
Le but VERSABLOG est d'une part
de faire découvrir le château de Versailles
à ceux qui n'auront jamais l'occasion de s'y rendre
et d'autre part de collecter le plus d'informations possibles
aux sujets des oeuvres que contient le château
Rez-de-Chaussée

Le Grand Siècle


Les Amis de Roglo
une base de données gérée sous Geneweb


Louis XIV, l'homme et le roi

 

faste-de-cour-et-ceremonie-royales

 


 

 

 

 

http://img12.imageshack.us/img12/296/radioljs.jpg



Cliquez pour écouter Radio canal Académie


Galerie des Batailles du château de Versailles

Galerie des batailles du château de Versailles


Image Hosted by ImageShack.us
SIÈCLE DE LOUIS XIV (cliquez)


Généalogie de Louis

Chronologie de la France 

sous Louis XIV (1643-1715)

Image Hosted by ImageShack.us


Mémoires de Saint-Simon
 http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/ea/M%C3%A9moires_Saint-Simon_tome1.djvu/page9-220px-M%C3%A9moires_Saint-Simon_tome1.djvu.jpg

  Liste des tomes

tome 01 - 1691-1697

tome 02 - 1697-1700

tome 03 - 1700-1702

tome 04 - 1702-1705

tome 05 - 1705-1707

tome 06 - 1707-1708

tome 07 - 1708-1709

tome 08 - 1710-1711

tome 09 - 1711-1712

tome 10 - 1712-1713

tome 11 - 1713-1715

tome 12 - 1715

tome 13 - 1715-1716

tome 14 - 1716-1717

tome 15 - 1717-1718

tome 16 - 1718

tome 17 - 1718-1720

tome 18 - 1720-1721

tome 19 - 1721-1723

tome 20 - 1723

Mémoires de Dangeau

Tome 01

1er avril 1684 - 31 décembre 1686

Tome 2

1er janvier 1687 - 30 septembre 1689

Tome 3

1er octobre 1689 - 31 décembre 1691

 

http://www.essentiam.fr/livres-anciens/wp-content/uploads/2011/02/almanach.jpg

Les Almanachs disponibles en ligne sur Gallica

Almanac ou Calendrier, 1683-1699 [lire en ligne] 

Almanach royal, 1700-1792 [lire en ligne] 

Almanach national de France, 1793-1803 [lire en ligne] 

Almanach impérial, 1805-1813 [lire en ligne] 

Almanach royal, 1815-1830 [lire en ligne] 

Almanach royal et national, 1831-1847 [lire en ligne] 

Almanach national, 1848/49/50-1852 [lire en ligne] 

Almanach impérial, 1853-1870 [lire en ligne] 

Almanach national, 1872-1919 [lire en ligne]



 
Confidences royales

L’Union des Cercles Légitimistes de France

Cercle Henri IV.com

Association France Royaliste

http://www.choeur-montjoie.com/

Les manants du roi.com


http://royaliste.genhit.com/

Association Louis XVI


Charles VIII

http://fr.groups.yahoo.com/group/capetiens/

http://fr.groups.yahoo.com/group/Heraldique-Noblesse/?yguid=302340009

http://fr.groups.yahoo.com/group/regalisgenealogia/?yguid=302340009

http://fr.groups.yahoo.com/group/royaliste/?yguid=302340009


 

 

 

 

Maisons Royales

Image Hosted by ImageShack.us

LES SITES OFFICIELS DES MONARCHIES et FAMILLES PRINCIERES

Le site de la Maison de Savoie-Aoste
Le site de de la Monarchie Belge
Institut de la Maison de Bourbon
Le site (en Portugais) de la Maison Imperiale du Bresil
et aussi Maison Imperiale du Bresil
Le site du Prince Frederik de Danemark
Le site de la Monarchie Danoise
Le site de la Maison du Roi d'Espagne
Le site du Duché du Luxembourg
Le site de la Maison Grand Duchale du Luxembourg
Institut de la Maison Royale de France
Le site de la Monarchie Britannique
The Official Royal Images Library
Le site de la Maison Royale de Hanovre
Le site de Reza Pahlavi d'Iran
Site de la Reine Noor de Jordanie
Le site de la Famille Princière du Liechtenstein
Le site de la Famille Princière de Monaco
Site de la Famille Royale de Norvège
Le site de la Famille Royale des Pays-Bas
Site de la Maison Romanoff
Site de la Princesse Tatjana Nicholaievna Romanov (une autre vision de Iekaterinenburg)
Site du Prince Nikolai Romanov
Les pages de la Maison Royale de Suède
Le site de la Maison Royale de Yougoslavie
Site de la Maison Royale des Deux-Siciles
Site de la Famille Royale de Grèce
Site Officiel du Pce Carlos-Hugo de Bourbon-Parme
Bourbon-Parme http://www.borboneparma.it/
Autriche (Habsbourg-Lorraine) http://www.hapsburg.com/
Grand Duché de Toscane Habsbourg-Loraine  http://www.granducato.org/
Site de la Maison Royale dePrusse
Site deFarah Pahlavi, Imperatrice d'Iran
Site de la Maison Royale d'Albanie
La Maison deBavière
La Maison Royale dePortugal
Portugal http://www.reallisboa.pt/
Site Officiel du Roi Abdallah de Jordanie
Official Website de la Reine Rania de Jordanie
Le site de la Princesse Ashraf Pahlavi, soeur jumelle du dernier Shah d'Iran
Le site du Roi Zaher-Shah d' Afghanistan
La Confrérie de l'Ordre de la Toison d'Or
Site de Nikolas et Liliana de Yougoslavie
Site du Prince Paul de Roumanie
Site de David Armstrong-Jones, Vicomte Linley fils de la Princesse Margaret
Site du Prince de Galles
Site du Prince Michael de Kent
Site de Carl, Prinz zu Wied
La Fondation du Prince Philippe de Belgique
Le premier site sur la Princesse Elisabeth de Belgique
Le site des Princes d'Ysenburg et leur chateau de Budingen
Le site de la Maison Reventlow
Le site du Prince Alexandre de Yougoslavie
Le site des Princes de Saxe-Coburg-Gotha
Le site de Tim Bentinck, descendant des Comtes de Portland
Le site de Marianne, Princesse zu Sayn-Wittgenstein-Sayn
Le site de la Maison von Ledebur
Prince Georg Friedrich de Prusse
Prince Inigo von Urach
Le site des Princes zu Oettingen-Wallerstein
Le site du Prince de Chimay
Le site de Catherine Oxenberg, fille de la Princesse Elisabeth de Yougoslavie
L'agenda des membres de la Famille Royale Britannique
Le site des Comtes KAROLYI
La famille Princière Italienne Doria Pamphilj
Site de Norodom Sihanouk, Roi du Cambodge
Site des Princes zu Loewenstein
Site de la Princesse Astrid zu Stolberg-Wernigerode
Site sur l'histoire de la Maison Princière Thurn und Taxis
Site de la famille Thurn und Taxis
Site de la Princesse Marie Dorothée Mimi de Croÿ
Site de la Maison Royale de Roumanie
Site de la Maison de Savoie
Site des Princes Albert et Rudiger de Saxe (en Allemand)
Site du Maharadjah de Jodhpur
Le site sur la sauvegarde des héritages culturels de l'Archiduchesse Francesca d'Autriche
Chroniques de la Maison de Prusse à travers les âges
Site officiel du Prince Gabriel de Belgique
Site des Princes Repnine
Le site des Princes zu Leiningen
Le site de la Duchesse Diane de Wurtemberg
France (Bonaparte)http://www.napoleon.org/
France (Bourbon – Duché d’Anjou)http://www.royaute.org/ 
Prince Charles-Philippe d'Orléans - Duc d'Anjou http://www.ducdanjou.com/

LES SITES NON-OFFICIELS SUR LES FAMILLES ROYALES ET PRINCIERES

Site sur les Princes zu Leiningen
Site sur le Roi Simeon de Bulgarie et sa famille
Site sur l'Archiduc Otto de Habsburg
Site sur la Famille Royale du Japon
La Page Grands de ce monde
Histoire de la Principauté de Salm
Site sur la Princesse Madeleine de Suède (69 galeries de photos)
La Page sur la Princesse Victoria de Suede
Succession au trône de Russie
Le Prince Frederik de Danemark
La famille Royale Bulgare
Les peintures du Prince Antonio Joao d'Orleans-Bragance
Britannia - Les Monarques de Gde-Bretagne
Les Têtes couronnées
The Royal Archive, avec téléchargement de clips AVI du Prince William - à conseiller aux fans
Biographies de tous les membres de la Famille Royale Anglaise
Les Bourbons en Espagne
Le site de la Monarchie Italienne
Cercle Monarchique de Rio de Janeiro Orléans-Bragance
Portail de la Monarchie Brésilienne

LES SITES SUR LES GENEALOGIES DES FAMILLES ROYALES
La Descendance Capétienne - Recensement des descendants d'Hugues Capet dont la filiation est encore représentée de nos jours
Le site de José Verheecke -Une foule de choses: quartiers de personnages connus, descendance de Philippe le Beau, liste de biographies, Généalogie des Rois de France - (Rois de France et Noblesse Française)
WorldRoots - Royalty Pages de Brigitte Gastel Lloyd
Verena's Royal Genealogical Pages
Grandes Familles - (Rois de France, très détaillé)
Forum Royauté - Groupe de discussion francophone sur les familles Royales
Web Genealogie - Un site sur les généalogies de toutes les Dynasties (actuelles ou éteintes)
Gene@star - Les généalogies d'une foule de personnalités connues (politique, spectacle, etc...)
Webgenea.com - Un site pour bien comprendre la généalogie avec une partie sur la Noblesse Européenne
The European Royal Houses par Guy Stair Sainty
Hein's Royal Genealogy Page par Hein Bruins - des pages de News très complètes, des gen. inédites: Rothschild, Agnelli, etc..
Sangre de los Godos - Le site de Luc Frère sur la Noblesse Espagnole
Antoine de Nadaillac's Web Page - Les Rois de France, les Habsburg et plusieurs familles Nobles françaises
Royalark - Royal & Ruling Houses of Africa, Asia, Oceania and Americas
Marino Montero Genealogical Research Foundation

Recensement Capétien - Le recensement de tous les descendants d'Hugues Capet
http://europeandynasties.com

LES SITES DONT LE SUJET S'APPARENTE A LA GENEALOGIE (Biographies, Héraldique, photos, chateaux ...)
L'actualité du Gotha par Stephane Bern (n'est plus mis à jour)
Capetiens.com - La Tradition Royale Française
Cartes Postales anciennes sur la Famille Royale de Roumanie
Site sur le Chateau de Detmold, résidence des Prince de LIPPE
Site sur le Chateau de Blenheim, résidence du Duc de Marlborough
De magnifiques photos des familles royales et des évènements royaux, par Eric Pacherie
Le chateau de Sayn
Le chateau de Ledreborg
Les Joyaux des Reines
Les chateaux du duché de Parme et Piacenza
Chatsworth House, la résidence du Duc de Devonshire
Photographies Royales à partir de 1897 Lafayette negative Archives
Chateau de Baronville (famille de Rougé)
Gonzague de Lamotte Peintre Armoriste
Mémorial de France de St Denis
Le chateau de Lunéville
Le chateau de la famille de Yturbe
Le chateau des Marquis de Breteuil
Le chateau des Ducs de Brissac

Autres Sites

Le site sur Henri IV
avec les informations
sur les programmes de commémorations !
Henri IV

 

 
couronne.gif






 Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us

histoire, reconstitution historique, spectacle, danse ancienne, contredanse
Lien vers le site www.histoire-en-ligne.com/
blason armoiries

 
Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us








 


Costumes de la Cour

de 1650 à 1800

Musiciens du Roi

http://www.site-moliere.com/lully.jpg

 

http://www.iamcultured.com/IMG/jpg/Louis-xiv-lebrunl.jpg
Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us
Louis-XVI-St-Denis.jpg
bandeau.jpg






Image Hosted by ImageShack.us
Forum royaliste

Armes.jpg

free music